Tout d'abord, laissez-moi vous dire quelque chose...

En tout premier lieu j'aimerais vous remercier de votre visite sur cette page. Que vous y soyez arrivé(e)s par intérêt, par curiosité ou par hasard, soyez les bienvenu(e)s. 

 

J'ai toujours aimé et eu envie d'écrire. Au fil de mes différentes expériences professionnelles je me suis rendue compte que ce que j'aimais le plus c'était de transmettre mes savoir-faire, d'aider les gens en ajoutant de la valeur à leurs vies, de me sentir utile. D'où l'idée de créer ce blog. J'ignore encore les thèmes que je vais y aborder, le but est de partager mes expériences et mes réflexions. Si je peux le rendre intéractif, ce sera encore mieux. Je n'ai pas l'intention de convaincre qui que ce soit, mon but étant seulement d'inspirer, de donner à réfléchir, parce que la vie est courte et on n'en a qu'une!

 

Ce constat s'est renforcé au fil de mes réflexions sur le sens de ma vie. C'est le développement personnel qui m'a permis de commencer à découvrir pas à pas qui je suis, de mieux me connaître et de mieux connaître les gens en général. 

 

Lorsqu'on a réalisé  une partie de ses buts, de ses rêves d'enfant : se marier, avoir des enfants et faire du mieux que l'on peut pour leur inculquer de bonnes valeurs et leur permettre un bon départ dans la vie d'adulte, il arrive un moment où l'on se dit :"Bon! Et maintenant?". C'est là que de multiples questions commencent à nous assaillir. On se demande ce qui va bien pouvoir donner du sens aux années qu'il nous reste à vivre. 

 

Pour beaucoup de gens la vision du "Et maintenant?" et bien, c'est la retraite! Seulement il y a ceux qui l'attendent impatiemment et qui n'ont pas le privilège d'en profiter, il y a ceux qui y arrivent et qui se laissent porter par la routine parce qu'ils ne s'y sont pas assez préparés. Et enfin, il y a ceux qui réfléchissent et qui se disent : Voilà, j'ai encore 20, 25, 30 ans ou plus devant moi : qu'est-ce que je veux vraiment? Qu'est-ce que j'ai vraiment envie de faire? Qu'est-ce que j'ai toujours eu envie de faire et que je n'ai pas pu réaliser jusque là? Qu'est-ce que j'aime faire, qu'est-ce qui me fait vibrer, qu'est-ce qui me rend heureux, qu'est-ce que je veux réaliser avant de mourir, bref...Quelle est ma mission de vie? 

 

Quelle est ma mission de vie? C'est une question cruciale sur laquelle on devrait se pencher dès son plus jeune âge. Combien de personnes passent un an à préparer leur mariage et ne prennent pas, ne serait-ce qu'une heure, pour planifier leur vie? Ce n'est pas étonnant de voir autant de personnes qui passent à côté de leur vie, des gens qui ruinent leurs propres talents et aspirations à faire des choses qu'ils n'aiment pas, des choses qu'ils n'ont pas vraiment choisies...parce qu'ils n'ont jamais pris le temps de réfléchir à ce qui les rendrait heureux!

 

J'en fais partie! 

J'ai pris conscience de tout ça à l'approche de la cinquantaine et mon seul regret est de ne pas l'avoir découvert plus tôt.

 

Il n'y a pas d'âge pour prendre conscience, il n'y a pas d'âge pour prendre la décision de changer le cours des choses.

 

Comme l'a dit Confucius : " On a deux vies, la deuxième commence le jour où on se rend compte qu'on n'en a qu'une."

 

.............Et le plus tôt est le mieux!

 

 

 

 

Qui suis-je?

Je suis née le 18 août 1959. J'ai grandi dans un petit village à 100 km au sud-ouest de la Capitale. J'ai suivi des études commerciales un peu malgré moi car ce que je voulais c'était étudier les langues, j'étais douée pour ça et j'adorais ça. J'ai donc suivi le parcours logique : j'avais un bac commercial, j'ai cherché du travail dans cette branche. Je me suis retrouvée dans la banque. J'y ai évolué jusqu'à devenir conseillère de clientèle. Ca me plaisait beaucoup. En réalité, ça ne m'a plu que jusqu'à ce que je me rende compte que la mentalité du milieu avait, elle aussi, évoluée et qu'elle n'était plus du tout en harmonie avec mes valeurs. J'aimais écouter mes clients et trouver la meilleure solution possible à leur problème. Ce n'était plus ce qu'on me demandait, on me demandait d'être une vendeuse pour qui l'intérêt de la banque devait passer avant l'intérêt du client. Lorsque j'ai eu mon troisième fils j'ai profité d'un plan social pour démissionner. Je n'ai jamais eu le moindre regret.

Ayant 3 enfants en bas âge j'ai choisi de reprendre une activité professionnelle à temps choisi. Je me suis épanouie en tant que conseillère-vendeuse à domicile jusqu'à ce que l'objet de mes rêves m'apparaisse: une boutique venant de se libérer dans la petite ville à 5 minutes de chez moi. J'ai décidé de me lancer. J'ai ouvert un magasin de fournitures pour les loisirs créatifs. Je faisais quelque chose qui me plaisait vraiment, j'étais mon propre patron, j'étais dans mon domaine : la couture, la broderie, le tricot, la peinture, les arts plastiques...Je donnais des cours à des adultes, j'organisais des ateliers le mercredi pour les enfants. Je réalisais des costumes et des accessoires pour la troupe de théâtre amateur de ma ville...Bref, tout allait bien et ça a été formidable...jusqu'à la liquidation judiciaire.

C'est un énorme boulet que j'ai traîné derrière moi pendant plus de 10 ans. Malgré cela je n'ai eu aucun regret de ces 4 années où je me suis sentie réellement à ma place, où j'étais moi, tout simplement. Dans l'urgence et pour subvenir aux besoins de mes 3 enfants et financer leurs études supérieures j'ai accepté des boulots où je me suis ennuyée, où j'allais à reculons, où je ne me sentais pas du tout à ma place, excepté pendant les 6 années où j'ai accompagné des enfants handicapés en classe. Pourquoi? Parce que je me sentais utile, j'aidais des enfants à évoluer et à se sentir bien, à surmonter leur handicap. Ca a été pour moi une expérience extrêmement enrichissante. Mes sacrifices ont permis à mes enfants d'avoir un bon départ dans leur vie d'adulte puisque deux sont devenus ingénieurs et le troisième dessinateur industriel (DAO) en bureau d'études. Lorsque j'ai décidé de reprendre le contrôle de ma vie, il était hors de question pour moi de laisser quiconque décider à ma place de ce qui est bon pour moi.

C'est à cette période que j'ai découvert le marketing de réseau et le développement personnel. Aujourd'hui j'ai un emploi salarié dans lequel je peux choisir où et quand travailler et je développe mon propre business en parallèle. Je travaille quotidiennement à mon développement personnel. Je sais pourquoi j'ai fait ces choix, je sais ce que je veux et je ne laisserai personne ni quoi que ce soit me détourner de mon but et m'éloigner de mes rêves.